Appel à contribution: Le parfum, un matériau pour la création en design

Journée d’étude LARA-SEPPIA 

Université de Toulouse, vendredi 19 février 2021

Université Toulouse Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle E412 de 9h30 à 17h 

De l’alchimie à l’art, en passant par la chimie, le parfum relève d’une histoire riche et complexe dont de nombreux aspects restent encore à explorer. Les premières études sur l’histoire et les usages du parfum s’intéressent au corps, aux soins, à la parure et aux cérémonies. Ces analyses des pratiques mènent à trois fonctions principales: le sacré, le thérapeutique et l’esthétique, qui ont guidé l’étude de l’histoire de la parfumerie. Pionniers dans ce domaine, les travaux d’Annick Le Guérer, Alain Corbin, les recherches d’Eugénie Briot, les écrits d’André Holley et surtout les projets de Sissel Tolaas ou de Boris Riaux, remettent en cause ces catégories[1] traditionnelles du parfum, et interrogent sur l’émergence d’un “art olfactif contemporain” . L’essor[2]de la parfumerie de niche, reposant sur une production limitée et artisanale (contrairement à la production de masse de l’industrie), et l’utilisation des parfums dans des oeuvres d’art, continue à transformer, questionner, et faire évoluer l’histoire de la parfumerie, et le statut du parfum, ainsi que du parfumeur. Depuis les années 2000, de nombreux chercheurs, artistes et designers s’intéressent à la création avec, autour ou du matériau parfum. 

Cependant, la parfumerie actuelle semble plus relevée de la technique que de l’artistique. En imaginant des collaborations, artiste-parfumeur ou designer-parfumeur, est-il envisageable de déplacer les parfums dans un autre domaine que celui de la parfumerie cosmétique?[3]

La forme globale olfactive “parfum” naît-elle d’un assemblage d’odeurs comme l’affirmait Edmond Roudnistka ? Est-ce un assemblage de molécules ? Désigne-t-il tout corps odorant[4], c’est-à-dire dégageant des senteurs ? Les parfums surgissent, se mêlent et disparaissent, au contact d’un corps (humain, animal, végétal…), de l’air, ou de l’eau. Ils se définissent par un volume, une tonalité, une texture, un toucher, …, incarnent une idée, un souvenir, un moyen de communication. Le parfum apparaît alors comme un matériau complexe et ambivalent : palpable et impalpable, il se situe dans un état transitoire, entre le visible et l’invisible, le protéiforme et l’informe, mais aussi entre le matériel et l’immatériel. Nous pouvons alors nous demander, quelle est la nature de ce matériau ? Qui le crée ? l’utilise ? le pense ? Dans quel but ou quelle intention? 

Une question se pose alors, quel est le statut du créateur de parfums au sein du champ artistique ? Est-il le seul à créer le(s) parfum(s) ? D’autres métiers peuvent-ils s’approprier cette technique ? Ou à l’inverse du parfumeur qui crée le matériau parfum, l’artiste, l’artisan ou le[5] designer, dans leurs projets, choisissent et utilisent des parfums qu’ils n’ont pas forcément fabriqués ? La création à partir du matériau parfum déjà fabriqué permet-elle de libérer la création[6]  en posant un autre regard sur le monde ? Comment inscrire et définir le domaine olfactif dans celui du design ? 

On peut aborder le matériau “parfum” sous différents angles: du point de vue de l’artiste, du chimiste ou tout autre métier de la création. Qu’appelle-t-on “parfum” dans chacun de ces métiers, et comment chaque métier s’approprie-t-il ce matériau ? Le travail de ce matériau entraîne-t-il un glissement des territoires du “faire”, c’est-à-dire de la création, vers une mutation, une hybridation, ou de “nouveaux” métiers ? Le métier de designer tissant un lien entre le “faire” (la fabrication d’une substance odorante par exemple), et la conception d’un projet plus global, le matériau parfum peut devenir un véritable médium de création, et non plus uniquement un produit de consommation. Le design olfactif invite à déplacer notre regard pour intégrer ce matériau intemporel dans le XXIe siècle. La plasticité du parfum, lui permet de s’adapter aux transformations contemporaines, à moins que nous ne l’adaptions à notre société, c’est pourquoi on peut se demander aujourd’hui qu’est-ce que le “parfum” ? 

Cette journée d’étude proposera une approche pluridisciplinaire du rôle du parfum et de ses utilisations, de l’histoire du parfumeur et de son métier et du rôle du designer et des nouveaux matériaux utilisés, à travers les interventions de spécialistes d’horizons divers : historiens, philosophes, anthropologues, parfumeurs et designers. L’approche pluridisciplinaire apportera desvisions multiples et nuancées des contours du design olfactif.

Nous vous suggérons quelques axes de réflexion : 

● Les métiers de la création autour de l’olfactif (parfumeur, designer, créateur, artiste, …) : que travaille-t-on? Comment ? 

● Les aspects (ou “formes”) du parfum : comment le parfum se manifeste-t-il ? Qu’appelons-nous “parfum” ? 

● Le rôle de l’olfactif dans les pratiques du design : pourquoi l’olfactif ? Dans quels but ou intention ? 

● “Définir” les champs du design olfactif et les conditions d’émergence du design olfactif 

Néanmoins ces axes de réflexion ne sont pas exhaustifs ; le thème proposé est susceptible d’être exploré et décliné en totale liberté. 

Modalités de soumission 

Les propositions de contributions, en français, doivent comprendre : 

● un titre 

● un texte court (max. 1 page) présentant la communication 

● une brève notice bio-bibliographique indiquant vos champs de recherche, vos laboratoire et/ou institution de rattachement, vos éventuelles publications, vos éventuels projets 

Les propositions d’une publication sont à envoyer aux adresses suivantes dans un message ayant pour objet «Proposition Journée d’étude Lara-Seppia» : 

Emilie BONNARD emilie.bonnard4@orange.fr ou (emilie.bonnard@univ-tlse2.fr) et Anne-Charlotte BAUDEQUIN annecharlotte.baudequin@gmail.com

Date limite de soumission des propositions : 21 décembre 2020 

Annonce de l’acceptation des propositions : 18 janvier 2021

Date de la journée d’étude : 19 février 2021

Les communications auront une durée de 20 minutes, extraits compris. 

Cette journée d’étude fera l’objet d’une publication ultérieure, sous la forme d’un carnet “recherche-création”. Ainsi, il sera demandé, à l’issue de la journée d’étude, de nous faire part de vos textes de présentation, de vos images ou toutes autres documentations enrichissant vos propos. Un formulaire d’autorisation de publication et une demande d’utilisation des images seront envoyés lors de l’acceptation de la proposition. 

Bibliographie indicative 

Chastrette Maurice, L’art des parfums, Paris, Hachette, 1995

Baudet Jean, Histoire de la chimie, Louvain-la-Neuve et Paris, De Boeck Supérieur, 2017 (1re édition 2004)

Écologie chimique : le langage de la nature, dir. Hossaert-Mckey Martine et Bagnères-Urbany Anne-Geneviève, Paris, Cherche midi, 2012 

Brand Gérard, L’olfaction de la molécule au comportement, Marseille, Solal, 2001 

Holley André, Éloge de l’odorat, Paris, éditions Odile Jacob, 1999 

Pelt Jean-Marie, Les épices, Paris, Lgf, 2008 

Dupérey Annie, Essences et parfums textes choisis, Paris, Ramsay, 2004 

Denis Jean-Claude, Nouvelles du monde invisible, Paris, Futuropolis, 2008 

Herrigel Gusty L., La voie des fleurs, Paris, Arléa, 2016 (1re édition 1996) 

L’art olfactif contemporain, dir. de Chantal Jaquet, Paris,Classiques Garnier, 2015 

Paquet Dominique, La dimension olfactive dans le théâtre contemporain, Paris, L’Harmattan, 2004 Des origines à nos jours : une histoire mondiale du parfum, dir. Marie-Christine Grasse, Paris, Somogy, 2007 Feydeau Elisabeth (De), Les parfums : histoire, anthologie, dictionnaire, Paris, Robert Laffont, 2011 Le Guérer Annick, Les pouvoirs de l’odeur, Paris, Odile Jacob, 1998 

Le Guérer Annick, Le parfum : des origines à nos jours, Paris, Odile Jacob, 2005 

Muchembled Robert, La civilisation des odeurs, Paris, Les Belles Lettres, 2017 

Balez Suzel, Ambiances olfactives dans le cadre bâti : écologie de l’environnement construit, http://www.cresson.archi.fr/ENS/ensDEA7-pdf/ECO11-Balez.pdf

Les paradis naturels : jardins chinois en prose, traduits du chinois et présentés par Martine Valette-Hémery, Arles, Picquier, 2009 (1re édition 2001) 

Lefteri Chris, Matériaux et design produit, Paris, Dunod, 2014 

De Barry Nicolas, Turonnet Maïté, Vindry Georges, L’ABCdaire du parfum, Paris, Flammarion, 2006 (1re édition 2004) 

Ellena Jean-Claude, Le parfum, Paris, PUF, 2007 

Ellena Jean-Claude, Journal d’un parfumeur, suivi d’un Abrégé d’odeurs, Paris, Sabine Wespieser Editeur, 2011

 Ellena Jean-Claude, L’écrivain d’odeurs, Paris, Nez Littérature, 2017 

Maurin Maurice, La sagesse du créateur de parfum, Paris, L’œil neuf, 2006 

Rimmel Eugène, Le livre des parfums, Les éditions 1900, 1990 (1re édition 1870) 

Roudnitska Edmond, Le parfum, Paris, presses universitaires de France, 1994 (1re édition 1980) Roudnitska Edmond, L’esthétique en question : introduction à une esthétique de l’odorat, PUF, Paris, 1977 Tolaas Sissel, Life Is Everywhere, Berlin, Mono.kultur, 2010 

Faivre Hélène, Odorat et humanité en crise à l’heure du déodorant parfumé : pour une reconnaissance de l’intelligence du sentir, Paris, L’Harmattan, 2001 

Jaquet Chantal, Philosophie de l’odorat, Paris, PUF, 2010 

Jaquet Chantal, Philosophie du Kôdö : l’esthétique japonaise des fragrances, Paris, Vrin, 2018 

Munier Brigitte, Le parfum à travers les siècles : Des dieux de l’Olympe au cyber – parfum, Paris, éditions du Félin, 2003 

Munier Brigitte, Odeurs et parfums en Occident : qui fait l’ange fait la bête, Paris, Félin, 2017 

Candau Joël, Mémoire et expériences olfactives : anthropologie d’un savoir-faire sensoriel, Paris, Presses universitaires de France, 2000 

Langages n°181, Pour une linguistique des odeurs, par Georges Kleiber et Marcel Vuillaume, mars 2011 Portraits de designers, produit par Boucheny Jean-Paul, ARTE France Développement, 2007 (vidéo)

Revue Nez 


[1] Cette liste est non exhaustive 

[2] L’art olfactif contemporain, dir. de Chantal Jaquet, Paris, Classiques Garnier, 2015 

[3] L’exemple suivant semble confirmer une répartition “traditionnelle” des tâches: le parfumeur pour créer un contenu ou un parfum, et l’artiste ou le designer pour créer le contenant ou le flacon: Parfums d’Artistes : Oeuvres de Parfumeurs, production et réalisation PASS et Quest International, Saint Germain (Paris), 2006 (vidéo) 

http://comitesaintgermain.free.fr/Parfum-essence-et-sens.htm

[4]  Proust Brigitte, Petite géométrie des parfums, Paris, Seuil, 2013 (1re édition 2006) 

[5] Terme générique 

[6] Ready made” à l’instar du porte-bouteilles de Marcel Duchamp dans l’art, un siècle plus tôt.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.