L’odeur plastique : vers une théorisation de l’art olfactif

Présentation de sa thèse par Sandra Barré, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’esthétique est une discipline difficile à définir, mais le consensus admet qu’elle a pour sujet l’étude de l’art et de ses œuvres. S’il est toujours d’actualité que les questions portent sur l’objet, les réflexions contemporaines ont délaissé la notion générale de beauté impulsée par Kant, pour se tourner plus profondément, depuis que la phénoménologie s’est modelée, à une appréciation plus sensible de l’expérience artistique. Cette appréciation réifiante s’est globalement attardée, de tout temps, sur le visible de l’œuvre. Perception et regard se sont emmêlés pour laisser à l’œil la primauté de la réception.

Pourtant, l’expérience artistique peut s’étudier par d’autres organes et c’est près du nez que mon sujet de recherche s’établira. L’oculocentrisme observable dans notre société de l’image, n’a pas découragé les artistes, curieux d’autres horizons sensoriels. Particulièrement depuis le début du XXe siècle, avec les futuristes et Marcel Duchamp, l’œuvre se tourne vers une expérimentation « non rétinienne ». En 1914, Ennio Valentinelli évoque cette nécessité : « personne jusqu’ici n’a jamais pensé à une application pratique des sensations olfactives, d’abord pour renforcer les sensations visuelles et auditives dans l’art, ensuite pour créer un véritable ART DES ODEURS. Nous devons créer cet art et nous devons pour cela ranimer le culte des parfums ».

Depuis, en grandes quantités, des œuvres ont effectivement donné à sentir et ressentir une autre expérimentation olfactive de l’art. Evoquons Valentine de Saint-Point et ses Métachories (1913) ; Marcel Duchamp et sa « Forêt du Sexe » (1959) ; Joseph Beuys et sa Geruchsplastik (Smell Sculpture) (1978), Sissel Toolas et ses effluves de transpirations avec Sweat fear/Fear Sweat   (2005)…

Les odeurs sont nombreuses et omniprésentes dans l’art du XXe siècle si l’on décide de leur accorder attention. Or, au mieux l’odeur est remarquée, mais jamais elle n’est décortiquée, explicitée, ni étudiée. Or, respirer l’art, ouvre un champ immense de réflexions. Subjective, l’odeur touche aux mémoires personnelles et collectives. Physique, moléculaire, elle est une matière qui pénètre les corps, bouscule le rapport à la chair et à l’animalité qu’elle révèle. L’odeur imprègne les visiteurs.ses de l’œuvre et s’éprouve à rebours de la distance observée dans la contemplation. Éphémère, elle ne connaît que difficilement les frontières et échappe à la conservation, élément pourtant déterminant dans la considération du chef-d’œuvre intemporel. L’odeur ne se contemple pas, elle ne s’archive pas, mais elle s’éprouve et se modèle.

Si, comme l’avance Catherine Malabou à la relecture d’Hegel, est plastique ce qui est modulable ou manipulable, alors comment cette invisible substance peut-elle être considérée comme artistique, voire comme plastique ?

Considérer l’odeur de l’art (constituée à part égale aussi bien par les parfums que par la dimension olfactive de certaines matières employées) permettra d’en redécouvrir la substance, et d’inscrire l’expérience esthétique dans une autre dimension analytique, celle ouverte par les études sensorielles, encore trop peu développées dans les recherches françaises. Elle considérera une autre manière d’envisager l’histoire de l’art passée et de créer celle qui se conjuguera au futur pour remettre au centre de l’expérience le corps sensoriel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.