Les dispositifs olfactifs au musée, sous la direction de Mathilde Castel

Éditions Nez / Le Contrepoint , sortie prévue le 8 novembre 2018, 296 p.

Présentation de l’éditeur:

La multiplication des oeuvres d’art, expositions et médiations olfactives sur le devant de la scène culturelle pose régulièrement la question du « pourquoi ? ».

Pourquoi l’odorat serait-il soudainement légitime, voire vedette, d’un renouvellement de la pensée artistique et esthétique occidentale ? Pourquoi le médium olfactif deviendrait-il brusquement, et finalement, l’étendard d’artistes militants, l’argument d’institutions avant-gardistes et la bannière d’un renouveau critique ? Pourquoi serions-nous aujourd’hui capables d’embrasser les diversités sociales et les méandres individuels pouvant être révélés par une odeur ? Pourquoi sommes-nous désormais fiers de nous réclamer de ceux qui «sentent»?

Cet ouvrage ne pose pas la question du « pourquoi ? », mais celle du « comment ? ». Comment conçoit-on une oeuvre d’art, une exposition ou une médiation olfactive ? Par quels moyens, dans quels contextes, selon quels objectifs ? Au fil des pages, vous réaliserez qu’en se demandant « comment ? » on comprend également le « pour quoi ? ».

Sous la direction de Mathilde Castel. Ont participé à cet ouvrage : Élise Allonas, Cristina Badulescu, Sandra Barré, Denyse Beaulieu, Eléonore de Bonneval, Marion Boutellier, Olivier R. P. David, Constance Deroubaix, Julie C. Fortier, Victor Fraigneau, Gilles Froger, Violette Houot, Francois Mairesse, Clara Muller, Séverine Muller, Dominique Paquet, Sophie Radix, Boris Raux, Christine Saillard, Roland Salesse, Marlène Staiger, David Suissa, Septembre Tiberghien, Marion Vignal et Erika Wicky.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.