Alice Camus, Les parfumeurs privilégiés, fournisseurs de la cour de Versailles (XVIIe-XVIIIe siècles)

Ensemble de flacons, miroirs et étuis issus du nécessaire de voyage de Marie-Antoinette, chiffre MA, 1787-1789, musée du Louvre. https://www.photo.rmn.fr/archive/07-528491-2C6NU0J468JI.html

Présentation par Alice Camus :

Cette thèse de doctorat universitaire s’effectue sous la direction de Lucien Bély, professeur d’Histoire moderne à Sorbonne Université. Les recherches qui portent sur l’histoire de la parfumerie française et ses acteurs contribuent à valoriser cet artisanat d’excellence. C’est la raison pour laquelle elles font l’objet d’un financement de la part de la maison Guerlain, dans le cadre d’un contrat CIFRE. De plus, un partenariat scientifique avec le Centre de recherche du château de Versailles vient enrichir ce projet, en mettant à disposition ses ressources scientifiques et documentaires.

L’Ancien Régime constitue une période majeure dans l’émergence et l’évolution du métier de parfumeur. Autour du savoir-faire des gants parfumés, les gantiers, devenus gantiers-parfumeurs en 1582, développent toute une gamme de produits : eaux de senteur, poudres, pommades, savonnettes ou encore pâtes pour les mains sont l’objet d’une consommation croissante.

Depuis le XVIesiècle, la société de cour se développe et le paraître joue un rôle croissant. En effet, l’étiquette et le cérémonial dictent le quotidien de la cour et dans cette société où chaque geste fait sens, l’apparence offerte au regard d’autrui est l’objet de toutes les attentions. Participant à la construction de l’image du courtisan, les gantiers-parfumeurs deviennent ainsi des artisans essentiels dans cette société de cour qui s’affirme.

Ces recherches s’intéressent aux parfumeurs qui fournissaient la cour de Versailles, de Louis XIV à Louis XVI. Elles s’orientent sur une histoire socio-culturelle de ces artisans, l’objectif étant de construire une analyse globale du métier de parfumeur sous l’Ancien Régime.

Les actes notariés du Minutier central des Archives nationales constituent les sources manuscrites principales. Le corpus des parfumeurs qui fournissaient la cour versaillaise est formé en majorité par des parfumeurs installés à Paris. Quelques-uns, cependant, tiennent boutique à Versailles ou bien dans le sud de la France, à Grasse ou à Montpellier. Les actes notariés sont des sources essentielles sur la vie professionnelle et personnelle de ces artisans. Parmi ces documents, les inventaires après décès sont particulièrement instructifs puisqu’ils recensent les biens mobiliers du défunt, ses vêtements et ses bijoux, l’ensemble des produits et ustensiles trouvés dans sa boutique ainsi que les papiers de famille. Les dossiers de faillite de certains parfumeurs parisiens qui ont été conservés aux Archives de Paris constituent un deuxième fonds majeur. Ces dossiers s’accompagnent le plus souvent des livres de comptes tenus par les marchands qui ont fait faillite. Enfin, les mémoires de dépenses et les factures des clients forment un troisième fonds important. On les trouve essentiellement parmi les papiers de la Maison du roi (série O/1 aux Archives nationales) pour les dépenses de la garde-robe royale, ou parmi les papiers privés (série T aux Archives nationales) saisis lors de la révolution pour les dépenses des particuliers.

L’analyse de ces sources permettra d’apprécier l’environnement social et professionnel dans lequel ces marchands s’épanouissaient. Au cours des trois règnes successifs de la cour versaillaise, les matières premières utilisées par les gantiers-parfumeurs évoluent, tout comme les produits qu’ils proposent à la vente. Ces artisans sont en lien étroit avec leurs fournisseurs, en France ou à l’étranger, avec lesquels ils mettent en place des circuits de marchandises. Pour répondre aux désirs de leurs clients, ils fabriquent de nombreux produits, dont le prix et la qualité sont variables.

La mise en lumière des réseaux familiaux et sociaux permettra également d’approcher au plus près du quotidien de ces artisans et de comprendre leur place au sein de la société. Les gantiers-parfumeurs qui fournissent la cour relèvent de statuts juridiques multiples. Ils peuvent être des marchands suivant la cour, des officiers attachés à une maison royale ou princière, des marchands exerçant leur activité dans un lieu de franchise ou encore des artisans appartenant à la corporation des gantiers-parfumeurs de Paris. Selon leur statut, leur liberté commerciale diffère, ainsi que leurs réseaux. La constitution des alliances matrimoniales pour les parfumeurs et pour leurs filles sont autant de signes qui révèlent les stratégies d’ascension sociale de chaque artisan. Les biens possédés par ces commerçants, tels que les meubles, les vêtements, les bijoux, les livres ou les tableaux dessinent leur profil culturel à travers l’expression de leurs goûts et de leurs caractères.

L’étude de la clientèle et de ses habitudes d’achats est riche d’enseignements en termes de consommation de produits parfumés et de cosmétiques. De Louis XIV à Louis XVI, les pratiques autour de ces produits évoluent, tout comme celles de l’hygiène et des soins de beauté. Les manuels de cosmétiques reflètent ces changements. De même, une certaine sensibilité pour la nature et surtout une conscience accrue de l’importance de l’environnement olfactif contribuent à modifier les goûts et les usages des produits parfumés.

Ainsi, ces recherches se proposent de dresser un portrait global du parfumeur au service de la cour de Versailles, à travers ses caractéristiques professionnelles, sociales et culturelles.

Alice Camus

Références :

– Alice Camus, « Les parfumeurs de la cour de Versailles, des artisans au service du paraître », dans Château de Versailles de l’Ancien Régime à nos jours, n°28, p. 24-29.

– Alice Camus, « Les Huet, une dynastie de parfumeurs à la cour de Versailles », conférence organisée par l’Osmothèque, IPAG, Paris, 21 mars 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.