Les Sens dans l’Espace Sacré antique

5 et 6 juin 2019 – INHA, Salle Vasari

Journée d’étude organisée par Dorothée Elwart et Nicole Belayche

Mercredi 5 Juin 2019 

13h30 Accueil des participants 

14h00 Introduction (Nicole Belayche et Dorothée Elwart) 

1ère session — Penser et concevoir le temple comme un espace sensoriel Modération : Fr. Labrique 

14h15 Pierre Zignani, architecte-archéologue (CNRS, UMR 5060, IRAMAT) 

Projeter l’espace dans le temple égyptien. L’enseignement du temple d’Hathor à Dendara 

14h45 Anne-Caroline Rendu Loisel, assyriologue (Univ. de Strasbourg) 

De la description à la représentation : polysensorialité de l’espace sacré dans les hymnes sumériens. 

Discutante : Cécile Guillaume-Pey, anthropologue (CNRS, CEIAS) 

15h45 : Pause-Café 

2ème session — Pénétrer dans l’espace sacré : perceptions et imprégnations sensorielles Modération : S. Emerit 

16h00 Alexis Den Doncker et Hugues Tavier, égyptologues (Univ. de Liège) 

Peindre l’odeur, purifier l’image. Usages des vernis picturaux dans les chapelles privées de la nécropole thébaine. 

16h30 Adeline Grand-Clément, helléniste (Univ. de Toulouse) 

Se déchausser ou ne pas se déchausser ? Normes rituelles et expérience sensible à l’entrée des sanctuaires grecs. 

Discutant : Arnaud Halloy 

Discutant : Arnaud Halloy, anthropologue (Univ. de Nice) 

Conférence plénière 

17h45 Jaime Alvar, historien de l’antiquité romaine (Univ. de Madrid) 

L’empire des sens. L’espace sacré entre le corps et la demeure divine. 

18h30 Discussions 

19h00 Fin de journée 

Jeudi 6 Juin 2019 

3ème session — Sonner et résonner dans l’espace sacré : économie du son et archéo-acoustique Modération : D. Elwart 

09h15 Sibylle Emerit, égyptologue (CNRS, HiSoMA, UMR 5189) 

L’économie du son au temple de Dendara. 

09h45 Olivier Warufsel, acousticien (IRCAM) 

Graver et explorer l’espace sonore – Revue 

Discutante : Christine Guillebaud, anthropologue et ethnomusicologue (CNRS, CREM-LESC, UMR 7186) 

10h45 : Pause-Café 

4ème session — Célébrer dans l’espace sacré : polysensorialité rituelle et ex-périence du divin Modération : A. Grand-Clément 

11h00 Dorothée Elwart, égyptologue (LabEx HASTEC, EPHE-PSL) 

Les fêtes de l’ivresse en Égypte ancienne : célébrations polysenso-rielles en l’honneur de la déesse lointaine. 

11h30 Alexandre Vincent, historien de l’antiquité romaine (Univ. de Poitiers) 

Quand les sens étendent l’espace sacré : le cas des ludi saeculares. 

Discutante : Agnès Kedzierska-Manzon, anthropologue (EPHE-PSL) 

12h30 : Conclusions 

13h00 : Fin de de la journée d’étude 

 

Présentation de la journée d’étude par le comité d’organisation

Depuis une vingtaine d’années, l’étude des sens connaît un développement majeur en sciences humaines et s’inscrit dans une nouvelle dynamique de recherche intitulée « anthropologie sensorielle ». Cette approche considère les univers sensoriels comme autant d’objets d’étude qui, analysés finement dans leur contexte, cherchent à faire progresser notre connaissance de l’humain et de son environnement culturel. 

La journée d’étude « Sens dans l’espace sacré antique » vise à explorer l’univers sensoriel des lieux de culte antiques – temples, sanctuaires, chapelles, tombes, … etc. – dans lesquels les hommes entraient en contact avec les dieux lors de rituels ou de cérémonies qui stimulaient les perceptions sensorielles des participants, sphères humaine et divine confondues. 

Partant du postulat que tous les lieux – et donc les lieux sacrés – sont par nature des espaces polysensoriels, cette rencontre a pour objectif de définir, d’une part, la nature, la qualité et la part des sens dévolus ou attribués à un lieu sacré et, d’autre part, d’en évaluer la distribution spatiale, autrement dit d’interroger les liens entre le sensoriel et le bâti et sa décoration. 

Il s’agira de se demander en quoi et dans quelles mesures la diffusion des sens, leur perception et leur réception facilitent les échanges entre la sphère visible et invisible dans un espace sacré spatialement défini. 

Les communications de ces journées à vocation comparatiste s’appuieront non seulement sur les sources historiques, archéologiques, architecturales, littéraires et artistiques à notre disposi-tion, mais également sur les techniques d’archéologie expérimentale et sensorielle : études de la lumière ou de l’acoustique notamment. 

Si cette rencontre considère l’Antiquité comme point de départ des investigations, elle a égale-ment pour objectif de s’ouvrir aux méthodes d’anthropologie sensorielle des périodes récentes dont les sources et les terrains rencontrent le même type de problématiques. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.