Appel à communication: Goûter, toucher, sentir : les autres sens de la critique d’art (1747-1939)

Cycle de Journées d’étude organisé par

Laurence Brogniez, Université Libre de Bruxelles

Frédérique Desbuissons, université de Reims Champagne-Ardenne/HiCSA

Erika Wicky, université Lyon 2/LARHRA

 

Goûter, toucher, sentir : les autres sens de la critique d’art
(1747-1939)

L’esthétique, cette science des sensations, ne s’occupe pas de celles du toucher et du goût, de l’odorat ; quoiqu’agissant sur nous avec plus de force que les autres, elles sont cependant trop grossières pour avoir aucun rapport avec les beaux-arts […]. Les beaux-arts ne se font que pour l’ouïe et la vue […].[1]

Reprenant un lieu commun du sensualisme du XVIIIe siècle, Francesco Milizia rappelle la supériorité, dans le domaine de l’esthétique et des arts, de la vue et de l’ouïe par rapport aux sens de proximité considérés comme « bas » que sont le goût, l’odorat et le toucher. Cette hiérarchie des sens per se et dans l’appréciation des œuvres d’art a une histoire longue, complexe, voire paradoxale, dont témoigne la fortune de la métaphore lexicalisée du goût pour désigner la sensibilité artistique[2]. Continuer la lecture de « Appel à communication: Goûter, toucher, sentir : les autres sens de la critique d’art (1747-1939) »