Appel à communication: Goûter, toucher, sentir : les autres sens de la critique d’art (1747-1939)

Cycle de Journées d’étude organisé par

Laurence Brogniez, Université Libre de Bruxelles

Frédérique Desbuissons, université de Reims Champagne-Ardenne/HiCSA

Erika Wicky, université Lyon 2/LARHRA

 

Goûter, toucher, sentir : les autres sens de la critique d’art
(1747-1939)

L’esthétique, cette science des sensations, ne s’occupe pas de celles du toucher et du goût, de l’odorat ; quoiqu’agissant sur nous avec plus de force que les autres, elles sont cependant trop grossières pour avoir aucun rapport avec les beaux-arts […]. Les beaux-arts ne se font que pour l’ouïe et la vue […].[1]

Reprenant un lieu commun du sensualisme du XVIIIe siècle, Francesco Milizia rappelle la supériorité, dans le domaine de l’esthétique et des arts, de la vue et de l’ouïe par rapport aux sens de proximité considérés comme « bas » que sont le goût, l’odorat et le toucher. Cette hiérarchie des sens per se et dans l’appréciation des œuvres d’art a une histoire longue, complexe, voire paradoxale, dont témoigne la fortune de la métaphore lexicalisée du goût pour désigner la sensibilité artistique[2].

Au croisement de l’histoire de l’art et de celle des sens, nous proposons d’observer l’articulation entre la perception visuelle et celle des sens bas dans le lieu par excellence de l’évaluation et de la mise en récit de l’expérience esthétique qu’est la critique d’art. En nous attachant à la période allant de sa naissance à la fin de l’Entre-Deux-Guerres, les évocations des sens bas pourront être saisies depuis les premiers débats publics sur l’art exposé (La Font de Saint-Yenne, Réflexions…, 1747) jusqu’à l’époque où les pratiques artistiques faisant délibérément appel à d’autres sens que la vue sont encore peu développées.

Nous nous intéresserons à la manière dont les manifestations des sens bas au Salon, ou encore dans les boutiques et les ateliers, contribuent à l’existence sociale de ces espaces dès lors qu’ils se constituent comme publics, y compris dans le cas d’espaces privés, mais néanmoins ouverts aux amateurs. Nous aborderons ainsi le discours critique sur les sollicitations sensorielles inattendues, et éventuellement intempestives, comme des sources à même de contribuer à une histoire de l’art exposé et à une approche matérielle de l’expérience esthétique. C’est pourquoi nous nous intéresserons tout d’abord aux perceptions sensorielles réputées basses dans leur acception littérale, en examinant, par exemple, comment la critique témoigne de l’interdiction de toucher les œuvres et de la formalisation de la « bonne » distance à observer dans les lieux d’exposition[3]. On examinera aussi comment les critiques d’art ont pu témoigner des odeurs d’atelier, pour souligner par exemple leur proximité avec l’artiste et leur familiarité avec son travail.

Mais nous nous attacherons également aux convocations métaphoriques de ces sens dans la critique d’art. Parce qu’ils impliquent un contact, voire une incorporation, et interdisent la distance objective que l’on acquiert en prenant du recul au profit d’un rapport plus viscéral à l’œuvre d’art, les sens réputés bas sont censés agir davantage sur le corps que sur l’intellect. Ils ont dès lors pu donner lieu à de nombreuses métaphores évoquant, en bonne ou en mauvaise part, la violence de l’effet d’une œuvre. Filés, répétés, détournés, ces tropes ont pu constituer de véritables imaginaires récurrents dans la critique d’art et les salons caricaturaux, à l’exemple de l’œuvre faite avec de la nourriture ou bien celle des motifs dont l’odeur affecte, parfois jusqu’à l’indisposition, les spectateurs et les spectatrices, les réactions de ces dernières constituant d’ailleurs au XIXe siècle un topos critique récurrent. Intervenant tantôt pour louer ou critiquer la qualité de la représentation et son mimétisme, tantôt pour stigmatiser sa facture et évoquer la matière picturale, les sens réputés bas ont offert aux critiques d’art un moyen privilégié pour évoquer la matérialité de l’œuvre en amont, ou en congruence avec la représentation.

Le goût, le toucher, l’odorat ont également permis de métaphoriser un type de savoir singulier que l’on se représente comme incarné et moins intellectuel, et de ce fait rétif à toute verbalisation. Une forme de connaissance réputée relever de l’inné, de l’instinctif et de l’intuitif, mais aussi de l’intime – autant de connotations associées aux sens de proximité que l’on retrouve aujourd’hui dans le lexique quotidien : avoir l’œil, avoir du goût, du tact, du flair, être touché·e, etc.

Enfin, nous ne négligerons pas la circulation entre les sens et les interactions qui peuvent se créer au travers de la synesthésie. On sait, par exemple, que le regard peut saisir dans une certaine mesure la dimension haptique de certaines œuvres d’art, ou encore que la perception gustative est intimement liée à celle du toucher et de l’odorat. Dans quelle mesure la critique d’art a-t-elle rendu compte de ce type de mécanismes et quelles significations leur a-t-elle données ?

Examinée à travers un large corpus de critique d’art, la question des sens bas nous permettra de mettre en évidence et de mieux comprendre non seulement la nature et la force de l’expérience artistique durant la période envisagée, mais aussi les modèles sensoriels qui gouvernaient alors le rapport au monde et à l’art.

Parmi les pistes de recherche que ce sujet peut ouvrir figurent notamment :

  • Les sens bas entre compétence et expérience : le rapport singulier que les sens bas entretiennent avec les savoirs et l’expérience mérite d’être exploré au sein de corpus critiques ; on verra, par exemple, comment les notations sensorielles peuvent évoquer soit l’expérience de l’atelier, soit un savoir plus corporel ou intuitif s’opposant à l’objectivité réputée de la vue.
  • La représentation des sens bas dans les œuvres : il s’agira alors d’observer la façon dont les sens bas sont considérés lorsque, faisant l’objet de représentations, ils s’adressent à l’œil.
  • La répression des sens à l’exposition : Ne pas toucher ! Cette injonction a marqué l’histoire des expositions d’art, mais aussi celle de leur réception critique; il s’agira d’observer comment les critiques d’art ont appréhendé et contourné les restrictions sensorielles.
  • Contribution de la critique d’art à la construction du sensorium classique : on étudiera la manière dont la critique d’art, en définissant de « bons usages » des sens à l’exposition, a participé à l’élaboration culturelle de formes perceptives
  • Les corps en présence dans l’espace des Salons : la promiscuité joue un rôle important dans l’appréhension sensorielle du Salon et bien des critiques se sont emparés de ce thème jusqu’à en faire l’un des lieux communs de la modernité.
  • Registres sensoriels et débats esthétiques dans la critique d’art : opposant un réalisme rugueux, dégoûtant et puant à une peinture académique lisse, sucrée et savonnée, les critiques d’art convoquent abondamment les sens bas dans des métaphores destinées à exprimer leurs jugements esthétiques; il s’agira d’analyser ces ressorts de manière à mettre en évidence le potentiel des sens pour exprimer un jugement de goût.
  • La rhétorique des sens bas : ayant le pouvoir d’évoquer la force du dégoût ou du plaisir suscité par une œuvre, les sens bas sont au cœur d’une véritable rhétorique dont il importe d’observer et d’analyser le fonctionnement.
  • La critique genrée : femmes et sens bas : les préjugés qui gouvernent la hiérarchie des sens sont, à de nombreux égards, soumis à des dynamiques similaires à celles qui affectent la hiérarchie des genres ; discriminés au nom de leur dimension incarnée, de leur approche réputée moins intellectuelle, mais aussi de leur sensualité, le goût, le toucher et l’odorat sont ainsi souvent convoqués pour dénigrer les spectatrices et les femmes artistes, mais aussi sollicités par certaines critiques d’art pour singulariser leur discours.
  • Les modes d’incarnation de l’observateur·rice les sens bas ne sauraient être envisagés indépendamment du sujet qui éprouve ; on pourra ainsi analyser la façon dont la perception est comprise et décrite en fonction des postures adoptées par le critique.
  • Critique sensorielle et traditions culturelles : les conceptions évoquées ici étant indéniablement déterminées historiquement et culturellement, on pourra les interroger en adoptant une perspective comparatiste.
  • La critique d’art comme source pour l’histoire des sens : si les conceptions associées aux sens réputés bas nous permettent d’apporter un éclairage nouveau sur la critique d’art, celle-ci, en retour, nous renseigne sur l’histoire des sens, notamment en mettant en évidence les modèles sensoriels prévalant.
  • Sensorialité et sensibilité : envisager la critique d’art sous l’angle des sensibilités permettra de faire apparaître le lien entre l’évocation des sens bas et les émotions suscitées par les œuvres ou les seuils de sensibilité qu’elles transgressent.

Les trois journées d’étude seront ainsi réparties :

  • La critique d’art et le sens du goût: 20 novembre 2020 à la Bibliothèque Carnegie de Reims
  • La critique d’art et le sens du toucher: 5 février 2021 à la Maison des Arts de l’Université Libre de Bruxelles
  • La critique d’art et le sens de l’odorat: 9 avril 2021 au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Les contributions abordant plusieurs sens pourront être distribuées dans l’une ou l’autre des journées.

Les propositions de contribution (environ 300 mots) accompagnées d’une courte bio-bibliographie devront être envoyées avant le 1er juin 2020 à Laurence Brogniez (lbrognie@ulb.ac.be), Frédérique Desbuissons (frederique.desbuissons@univ-reims.fr) et Érika Wicky (erika.wicky@univ-lyon2.fr).

Éléments de bibliographie

Patrizia Di Bello et Gabriel Koureas (dir.), Art, History and the Senses: 1830 to the Present, Farnham, Ashgate, 2010.

Julia Csergo et Frédérique Desbuissons (dir.), Le cuisinier et l’art : Art du cuisinier et cuisine d’artiste (XVIe-XXIe siècle),Paris, INHA / Chartres, Menu Fretin, 2018.

Évelyne Cohen et Julia Csergo (dir.), « L’Artification du culinaire », Sociétés et représentations, n° 34, 2012.

Laurence Brogniez, « Dévorer des yeux : les écrivains belges dans les “ cuisines ” de la peinture », Textyles, n° 22, Paul Aron (dir.), « Les mots de la faim », 2002.

Laurence Brogniez, « Les femmes au Salon : propositions pour une étude de la critique d’art féminine au XIXe siècle », Lieux littéraires, n° 7-8, Christine Planté (dir.), « Féminin/Masculin. Écritures et représentations. Corpus collectifs », 2003.

Constance Classen, « Museum Manners : The Sensory Life of the Early Museum », Journal of Social History, vol. 40, n° 4, 2007.

Frédérique Desbuissons, « The Studio and the Kitchen: Culinary Ugliness as Pictorial Stigmatisation in Nineteenth-Century France », dans Andrei Pop et Mechtild Widrich (dir.), Ugliness. The Non-Beautiful in Art and Theory, I. B. Tauris, 2013.

Frédérique Desbuissons, « Une peinture sucrée : les plaisirs illégitimes de l’art pompier », Romantisme, « La Gourmandise », n° 186, 4/2019.

Georges Didi-Huberman, La peinture incarnée, Paris, Les éditions de Minuit, coll. « Critique », 1985.

Paul Dirkx, Les cinq sens littéraires. La sensorialité comme opérateur scriptural, Nancy, PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, coll. Épistémologie du corps, 2017.

Nicole Dubreuil, « Les métaphores de la critique d’art : le «  sale » et le «  malade » à l’époque de l’impressionnisme », dans La critique d’art en France (1850-1900), Saint-Étienne, Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine, 1989.

Daniel Heller-Roazen, Une archéologie du toucher, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXIe siècle », 2011.

Viktoria von Hoffmann, Goûter le monde. Une histoire culturelle du goût à l’époque moderne, Bruxelles, Peter Lang, 2013.

Aude Jeannerod, « L’optique et l’haptique dans la critique d’art de Joris-Karl Huysmans », Interfaces : images, texte, langage, Synaesthesia, n° 36, 2015.

François Mairesse et Bernard Deloche, « La question du jugement sur les expositions d’art », Culture & Musées, n° 15, 2010.

Louis Marin, « Mimésis et description », dans De la représentation, Paris, EHESS/Seuil/Gallimard, 1994.

Jean-Marc Poinsot et Pierre-Henri Frangne (dir.), L’invention de la critique d’art, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Denys Riout, « Art et olfaction : des évocations visuelles à une présence réelle », Cahiers du MNAM, n° 116, été 2011.

Sensations de nature, de Courbet à Hartung, cat. exp. Ornans, musée Gustave Courbet, 2015.

Bernard Vouilloux, L’art des Goncourt : une esthétique du style, L’Harmattan, coll. « Esthétiques », 1997.

Érika Wicky, « La peinture à vue de nez : la juste distance du critique d’art de Diderot à Zola », RACAR (Revue d’art canadienne / Canadian Art Review), vol. 39, n° 1, printemps 2014.

Érika Wicky, « L’œil, le goût, le flair : les compétences sensorielles du collectionneur fin-de-siècle », Sociétés & Représentations, n° 44, automne 2017.

[1] Francesco Milizia, De l’Art de voir dans les beaux-arts ; suivi des institutions propres à les faire fleurir en France et d’un état des objets d’art dont ses musées ont été enrichis par la guerre de la liberté, trad. Jean de Pommereul, Paris, Bernard, 1798. Cité par Martial Guédron « La physiologie du bon goût : la hiérarchie des sens dans les discours sur l’art en France au XVIIIe siècle », dans Ralph Dekoninck, Agnès Guiderdoni-Bruslé, Nathalie Kremer (dir.), Aux limites de l’imitation : l’ut pictura poesis à l’épreuve de la matière (XVIe – XVIIIe siècle), Amsterdam, Rodopi, 2009, p. 40.

[2] Voir à ce sujet Nélia Dias, La mesure des sens : les anthropologues et le corps humain au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2004; Chantal Jaquet, Philosophie de l’odorat, Paris, Presses universitaires de France, 2010 ; Viktoria von Hoffmann, Goûter le monde. Une histoire culturelle du goût à l’époque moderne, Bruxelles, Peter Lang, 2013.

[3] Constance Classen, « Museum Manners : The Sensory Life of the Early Museum », Journal of Social History, vol. 40, n°4, 2007. Voir aussi à ce sujet : Helen Rees Leahy, Museum Bodies : The Politics and Pratices of Visiting and Viewing, Farnham, Ashgate, 2012.

Femmes, féminité et parfums au XIXe siècle : Imaginaires olfactifs et construction du genre

Atelier du XIXe siècle –

Société d’études romantiques et dix-neuvièmistes

 

2 octobre 2020

 

Journée d’étude organisée par

Mathilde Leïchlé (EPHE)

 Érika Wicky (Lyon 2 / LARHRA)

Coline Zellal (Mucem)

 

Au Mucem, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Marseille)

 

  Comme les fleurs, auxquelles elles ressemblent beaucoup par leurs qualités et leurs gentils défauts, les femmes répandent leur plus doux et plus enivrant parfum aux premiers rayons du soleil, et au souffle des premières brises du crépuscule du soir… 

Augustin Galopin, Le Parfum de la Femme et le sens olfactif dans l’amour,

Étude psycho-pshysiologique, Paris, E. Dentu, 1886, p. 180-181.

 

Dans Le Miasme et la Jonquille, paru en 1982, Alain Corbin montre combien le XIXe siècle français est fasciné par les odeurs qu’il place au cœur de l’imaginaire social de cette période. Or, de l’aveu même de l’historien[1], cet ouvrage lui a été inspiré par la prolifération de références olfactives rencontrées lors des recherches concernant son livre précédent. Dans Les Filles de noce (1979), il s’intéresse aux formes et aux enjeux de la prostitution, cette autre obsession du temps affirmée par l’élaboration du système réglementariste. Si l’odeur apparaît être un facteur de la stigmatisation sociale dont les prostituées font l’objet au XIXe siècle, elle participe également d’autres types de hiérarchisation et de contrôle, tels que la construction des stéréotypes de genre et le classement des femmes non seulement dans l’ordre social, mais aussi sur l’échelle des âges de la vie.

En effet, le discours médical du XIXe siècle dédie ses pages les plus poétiques à l’évolution des odeurs corporelles de jeunes filles que rythment les transitions : puberté, perte de virginité, sentiments amoureux. Quoiqu’elles attendrissent moins les médecins, les odeurs des menstrues et de vieillesse motivent également des jugements de valeur tout comme les caractéristiques telles que la couleur de la peau ou celle des cheveux (Briot, 2007). Alors que la science considérait comme archaïque le recours à l’odorat pour élaborer un diagnostic en raison de l’impossibilité de fonder un savoir sur ce sens, c’est à leur nez que se sont fiés les médecins pour étayer leurs intuitions sur le désir et l’amour. Ainsi, l’olfaction est au cœur du discours médical sur les femmes, tandis que celles-ci et le désir qu’elles suscitent sont, en retour, au centre des recherches menées sur l’odorat durant la seconde moitié du XIXe siècle, ce dont témoignent les titres de plusieurs ouvrages dédiés à cette question : Le Parfum de la Femme et le sens olfactif dans l’amour (Galopin, 1886), Étude critique des odeurs et des parfums : leur influence sur le sens génésique (thèse de doctorat d’Étienne Tardif, 1898), ou encore de La volupté et les parfums ; rapport des odeurs avec le sens génital. Le parfum naturel de la femme (Jean Fauconney, 1903).

Les parfumeurs, dont la production se démocratise et s’industrialise pendant la seconde partie du XIXe siècle, n’ont pas manqué de valoriser le potentiel de séduction prêté aux parfums. Dès la première moitié du XIXe siècle, ils ont ainsi nommé leurs produits d’après de célèbres courtisanes, comme Ninon de Lenclos (Lheureux, 2017) ou ont convoqué l’imaginaire érotique de l’orientalisme, à la faveur d’une association motivée par la provenance de nombreuses matières premières de la parfumerie. Ainsi Gelin a créé l’Eau du Harem, lotion utilisée par Marie Duplessis, inspiratrice de La Dame aux camélias[2]. Par la suite, la parfumerie n’a cessé d’offrir aux femmes non seulement des sachets, des savons, des eaux de senteurs pour parfumer leur corps et leur linge, mais aussi la conviction que, comme les fleurs, « chaque femme doit avoir son parfum[3] ». On propose ainsi aux consommatrices la possibilité de s’associer à leurs héroïnes soit en portant des parfums tels que L’Eau de George Sand ou le Parfum de Claudine, soit en bénéficiant des avis dispensés par des artistes célèbres dans les publicités qui grossissent la presse féminine. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque le parfum commence à se stabiliser sous la forme et la concentration que nous lui connaissons aujourd’hui, il s’impose toujours plus comme l’apanage des femmes. En effet, son usage est déconseillé aux hommes dont la consommation est limitée à des cosmétiques parfumés, mais réputés utiles (savons, crèmes à raser, pommade pour les cheveux). Le parfum, comme toute la parfumerie, s’inscrit ainsi dans le registre du féminin, s’offrant même parfois comme une avenue professionnelle relativement souhaitable pour les ouvrières et les commerçantes. Toutes ces prescriptions et usages en vigueur sont très abondamment relayés par la presse qui connaît un véritable essor au XIXesiècle. La presse féminine se révèle être un vecteur privilégié d’injonctions liées au contrôle des odeurs corporelles et à l’usage de parfums pour soi ou pour la maison, mais aussi un relai de choix pour le discours publicitaire des parfumeurs.

Validé par la médecine et surexploité par la parfumerie, l’association entre femmes et parfums est au cœur des représentations de genre au XIXe siècle : son potentiel est très souvent convoqué dans les narrations de l’époque notamment par Maupassant dans La Fenêtre (1883) ou Notre Cœur (1890) ou encore par Edmond de Goncourt dans Chérie (1884) dont l’héroïne meurt des extases provoquées par les parfums. Évoqués visuellement, les parfums sont aussi suggestifs du désir féminin dans la peinture du XIXe siècle. De nombreux peintres suggèrent les senteurs par les flacons qui accompagnent les femmes à leur toilette, les volutes d’encens, les pots à onguents de Marie Madeleine ou encore les fleurs dont les jeunes respirent les parfums dans une attitude tantôt méditative, tantôt lascive, qui semble faire de la jeune fille humant le pendant olfactif de la jeune fille lisant. De plus, les illustrations publicitaires sollicitées par les parfumeurs à la fin du siècle associent les fragrances au plaisir féminin dans des représentations parfois très évocatrices comme la célèbre publicité pour le lance-parfum Rodo créée par Mucha en 1896.

Des fantasmes orientalisants aux fleurs représentées en femmes en passant par les saintes en extase devant des encensoirs et les sorcières au Sabbat, cet Atelier du XIXe siècle se propose d’envisager les différentes représentations associant les femmes à l’univers des parfums de manière à identifier les présupposés qui sous-tendent ces imaginaires et à comprendre comment ils se sont développés. Quelle part d’histoire du XIXe siècle – notamment d’histoire sociale et d’histoire des sciences – cet axe d’étude nous révèle-t-il ? Comment ces imaginaires sont diffusés dans les arts et les lettres, la presse et la culture ? Quels impacts ont-ils eu sur la vie des femmes contemporaines ?

Ayant vocation à favoriser un dialogue interdisciplinaire, cet appel est ouvert à tou·te·s les chercheur·se·s quelle que soit leur discipline. Les communications auront une durée de 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de questions. Les propositions d’environ 300 mots devront être adressées au plus tard le 18 mai 2020, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, à femmesparfums2020@gmail.com.

 

Bibliographie indicative :

Sophie-Valentine Borloz, « Les femmes qui se parfument doivent être admirées de loin », Les odeurs féminines dans Nana de Zola, Notre cœur de Maupassant et L’Ève future de Villier de L’Isle-Adam. Postface de Martha Caraion, Lausanne, Archipel, 2015.

Christina Bradstreet, « Wicked with Roses : Floral Feminity and the Erotics of Scent », Nineteenth-Century World Wide, vol. 6, n°1, 2007.

Eugénie Briot, La Fabrique des parfums : naissance d’une industrie de luxe, Paris, Vendemiaire, 2015.

Eugénie Briot, « Couleurs de peau, odeurs de peau : le parfum de la femme et ses typologies au XIXe siècle », Corps, n°3, 2007, p. 57-63.

Alain Corbin, Le miasme et la jonquille : L’Odorat et l’imaginaire social XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Aubier-Montaigne, 1982

Nélia Dias, La mesure des sens : les anthropologues et le corps humain au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2004.

Charlotte Foucher-Zarmanian, « Panique génitale. Fluides menstruels et psychopathologie de la créativité féminine au passage du siècle (XIXe – XXe siècles), Camille Paulhan et Marion Alluchon (dir), publication en ligne sur le site de Paris 1 – HICSA, 2011.

Chantal Jaquet, Philosophie de l’odorat, Paris, PUF, 2010.

Cheryl Krueger, « Decadent perfume : Under the skin and through the Page », Modern Languages Open, Octobre 2014.

Cheryl Krueger, « Lettres parfumées, correspondances fatales », Littérature, n°185, 2017, p.39-54.

Rosine Lheureux, Une histoire des parfumeurs : France 1850-1910, Paris, Champ Vallon, 2016.

Catherine Maxwell, Scents and Sensibility : Perfume in Victorian Literary Culture, Oxford, Oxford University Press, 2017.

Éléonore Reverzy, « Parfum de (petites) femmes : pour une lecture olfactive », Littérature, n°185, 2017, p.55-67.

Hans Rindisbacher, The Smell of Books : A Cultural-Historical Study of Olfaction in Literature, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1992

Érika Wicky, « Ce que sentent les jeunes filles », Romantisme, n°164, 2014.

Érika Wicky, « Parfum de bonté et odeur de sainteté : les enjeux de l’olfaction dans l’éducation religieuse des jeunes filles au XIXe siècle », Arts et Savoirs, n°11, 2019.

Coline Zellal, « Mémoire et images du travail dans les parfumeries grassoises (1900-1950) : les clichés du genre », Genre et Histoire, n°10, 2012.

Coline Zellal, À l’ombre des usines en fleur : Genre et travail dans la parfumerie grassoise (1900 – 1950), Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 2013.

[1] « J’avais en effet été frappé, en étudiant la prostitution, par l’insistance avec laquelle la référence olfactive était là pour désigner la personne prostituée. En considérant cette période qui est celle de la construction des types sociaux, de la rédaction des Physiologies, je voulais mieux comprendre l’insistance avec laquelle cette création des types faisait intervenir la référence olfactive. » Alain Corbin, Historien du sensible, Entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000, p. 57.

[2] Parmi les documents acquis par Johannès Gros, figuraient des factures de parfumerie attestant ce goût (Johannès Gros, Alexandre Dumas et Marie Duplessis : Documents inédits, Paris, Louis Conard, 1923, p.179)

[3] Eugène Rimmel, Le livre des parfums, Paris, Dentu, 1870, p. 171.

Suzel Balez – Enjeux éthiques des emprises olfactives et infraolfactives du conditionnement de l’air

Nouvel article de Suzel Balez dans Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (n°6, 2019) – Disponible en ligne 

Résumé : La qualité de l’air intérieur peut participer à l’interprétation de situation quotidiennes et/ou induire un certain nombre de comportements. Le conditionnement de l’air peut donc non seulement permettre des prises sur le réel, mais aussi exercer une emprise sur les usagers du cadre bâti. Cet article examine d’abord plusieurs paradoxes relatifs à l’appréhension de notre environnement chimique. Ensuite seront présentés les enjeux principaux des tentatives de manipulation des comportements à travers les qualités de l’air intérieur : classiquement quand il s’agit d’améliorer la productivité (espaces de travail) ou de générer de l’attraction (marketing sensoriel), mais aussi à des fins récréatives (capitalisme émotionnel) ou encore pédagogiques (amélioration des processus d’apprentissage). Enfin sera discutée la potentialité d’une « éthique de l’emprise » des qualités de l’air intérieur dans la conception et la matérialisation du cadre bâti.

Summary : Indoor air quality can contribute to the interpretation of daily situations and/or induce numbers of behaviours. Air conditioning can therefore not only allow every-day life affordances, but also exert a control over the users of the built environment. This paper examines several paradoxes relating to the apprehension of our chemical environment will first be examined. Then the main issues of attempts to manipulate behaviours through the qualities of indoor air will be presented : classically when it comes to improving productivity (working spaces) or generating attraction (sensory marketing), but also for recreational (emotional capitalism) or educational (improvement of learning processes) purposes. Finally, the potential of an “ethic of influence” of indoor air qualities in the design and materialization of the built environment will be discussed.

Appel à communication / Call for Papers – Le Parfumeur / The Perfumer

***English follows***

Le parfumeur : évolution d’une figure depuis la Renaissance

28 – 29 janvier 2021

Centre de recherche du château de Versailles

Colloque international organisé par Alice Camus (Guerlain / CRCV) et Érika Wicky (Université Lumière Lyon 2 / LARHRA).

Fruit d’un savoir-faire qui s’est constitué dès l’Antiquité, la parfumerie détient une histoire riche et complexe dont de nombreux aspects restent à explorer, car son historiographie est récente et encore peu développée (Reinarz, 2014). La voie de la recherche sur ce sujet a été ouverte dans les années 1980 par des études menées tout d’abord sur le corps, ses soins et sa parure, telles celles de Georges Vigarello (1985) sur l’évolution des pratiques d’hygiène ou celles de Philippe Perrot (1984) sur les artifices utilisés pour conformer le corps à une image fantasmée. Ces analyses des pratiques de toilette, des accessoires de la parure et des produits de luxe ont mené à l’étude de l’histoire de la parfumerie. Pionniers dans ce domaine, les travaux d’Annick Le Guérer (1988 et 2005) ont été augmentés et approfondis par les recherches de Catherine Lanoë (2008), d’Eugénie Briot (2015) et de Rosine Lheureux (2016), centrées sur l’Ancien Régime et le XIXesiècle français. Holly Dugan (2011) s’est intéressée à la parfumerie de la période moderne en Angleterre tandis qu’Anna Messinis (2017) a choisi d’envisager dans l’histoire longue la parfumerie vénitienne. Située à la croisée de plusieurs champs d’études, dont l’histoire du corps, des sciences, du luxe et des pratiques de consommation (Roche, 1989), l’histoire de la parfumerie a bénéficié des avancées de la recherche dans de nombreux domaines. Elle s’est nourrie, en particulier, des travaux consacrés à l’histoire des sensibilités olfactives (Corbin, 1982 ; Halliday, 1999) et à l’anthropologie historique des sens (Classen et Howes, 1994) qui ont permis de déterminer les conditions de l’épanouissement de la parfumerie. 

Continuer la lecture de « Appel à communication / Call for Papers – Le Parfumeur / The Perfumer »

Métaphore et olfaction: une approche cognitive de Rémi Digonnet

English follows 

Présentation par Rémi Digonnet

Cet ouvrage aborde une approche cognitive de la métaphore dans le domaine de l’olfaction. Il met ainsi en perspective la métaphore avec l’univers olfactif. La perception mineure de l’odeur en Occident, tant historique que cognitive, se reflète dans un discours olfactif a minima

Continuer la lecture de « Métaphore et olfaction: une approche cognitive de Rémi Digonnet »

Table ronde “Exposer le discours olfactif” animée par Mathilde Castel – Paris, le 25 juin 2019 à 19h

“Exposer le discours olfactif”, table ronde organisée à l’occasion du lancement du livre Les dispositifs olfactifs au musée dirigé par Mathilde Castel (Nez Éditions, 2019), avec Sandra Barré (critique d’art chez ArtPress), Christelle Boulé (photographe), Roberto Greco (photographe), Mathilde Laurent (parfumeuse-maison chez Cartier) et Roman Moriceau (artiste plasticien).

Créatis – 15 Rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris

19h – 21h30

Inscription : mathilde.castel@cartier.com

Alice Camus, Les parfumeurs privilégiés, fournisseurs de la cour de Versailles (XVIIe-XVIIIe siècles)

Ensemble de flacons, miroirs et étuis issus du nécessaire de voyage de Marie-Antoinette, chiffre MA, 1787-1789, musée du Louvre. https://www.photo.rmn.fr/archive/07-528491-2C6NU0J468JI.html

Présentation par Alice Camus :

Cette thèse de doctorat universitaire s’effectue sous la direction de Lucien Bély, professeur d’Histoire moderne à Sorbonne Université. Les recherches qui portent sur l’histoire de la parfumerie française et ses acteurs contribuent à valoriser cet artisanat d’excellence. C’est la raison pour laquelle elles font l’objet d’un financement de la part de la maison Guerlain, dans le cadre d’un contrat CIFRE. De plus, un partenariat scientifique avec le Centre de recherche du château de Versailles vient enrichir ce projet, en mettant à disposition ses ressources scientifiques et documentaires.

Continuer la lecture de « Alice Camus, Les parfumeurs privilégiés, fournisseurs de la cour de Versailles (XVIIe-XVIIIe siècles) »

Conférence de Denis Beaudouin : “Un physicien et le parfumeur : Charles Fery et son spectrographe UV”, le 30 janvier 2019 à Paris

La conférence de Denis Beaudouin (Comité d’histoire de la SEIN, Commission du patrimoine de l’ESPCI, Paris) “Un physicien et le parfumeur : Charles Fery et son spectrographe UV” sera prononcée à l’occasion de la journée d’étude du Groupe d’histoire de la Chimie : Regards sur le patrimoine français des instruments scientifiques.

Mercredi 30 janvier, 13h30 – 18h

Salle de réunion de la SCF, 250 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

Domestiquer les odeurs : L’odorat et la construction de l’espace privé (XVIIIe – XIXe siècles)

Selon une formule chère à Viollet-le-Duc, un « parfum d’art » peut émaner d’un bâtiment architectural, mais il en émane aussi des odeurs bien concrètes auxquelles sera consacrée cette journée d’étude. Situées au cœur de l’histoire de l’urbanisme et de celle de l’hygiénisme, les nuisances olfactives ont fait l’objet de nombreuses enquêtes dédiées aux villes et aux lieux publics[, mais l’architecture et le design d’intérieur n’investissent guère le domaine des Smell Studies qu’à travers la recherche actuelle d’une expérience architecturale polysensorielle et d’atmosphères olfactives travaillées. Pourtant les odeurs ont joué un rôle majeur dans l’histoire de l’architecture et de l’habitat privé. Leur propension à susciter sans partage le plaisir ou le dégoût ainsi que leur manière singulière d’occuper l’espace et de s’y répandre ont considérablement affecté l’organisation de l’espace privé.

Continuer la lecture de « Domestiquer les odeurs : L’odorat et la construction de l’espace privé (XVIIIe – XIXe siècles) »

Rencontre autour du livre de Chantal Jaquet : Philosophie du kôdô. Mercredi 28 novembre 2018 à 18h00 à la Librairie Philosophique J. Vrin

Rencontre autour du livre de Chantal Jaquet: Philosophie du kôdô. L’esthétique japonaise des fragrances en présence de l’auteure, avec Brigitte Munier (sociologue et anthropologue) et Didier Trotier (neurobiologiste) le mercredi 28 novembre 2018 à 18h00 à la Librairie Philosophique J. Vrin, 6 Place de la Sorbonne 75005 Paris. 

Continuer la lecture de « Rencontre autour du livre de Chantal Jaquet : Philosophie du kôdô. Mercredi 28 novembre 2018 à 18h00 à la Librairie Philosophique J. Vrin »