The Smell of Risk: Environmental Disparities and Olfactory Aesthetics by Hsuan L. Hsu

Publisher’s presentation :

Our sense of smell is a uniquely visceral—and personal—form of experience. As Hsuan L. Hsu points out, smell has long been spurned by Western aesthetics as a lesser sense for its qualities of subjectivity, volatility, and materiality. But it is these very qualities that make olfaction a vital tool for sensing and staging environmental risk and inequality. Unlike the other senses, smell extends across space and reaches into our bodies. Hsu traces how writers, artists, and activists have deployed these embodied, biochemical qualities of smell in their efforts to critique and reshape modernity’s olfactory disparities.

Continuer la lecture de « The Smell of Risk: Environmental Disparities and Olfactory Aesthetics by Hsuan L. Hsu »

I Encuentro Internacional de Historia del Perfume

del 25 al 27 de noviembre de 2020

Organizado por el Museo del Perfume de Buenos Aires, Argentina

El I Encuentro Internacional de Historia del Perfume ha sido pensado como una oportunidad para conectar continentes a través de un recorrido teórico sobre el universo olfativo. Esta actividad abarca diferentes aspectos culturales, artísticos y antropológicos relativos al perfume desde diversas disciplinas como la agricultura, la botánica, la historia del arte, los estudios rituales o el turismo y el marketing, incluyendo los significativos diseños de frascos comerciales. En esta oportunidad, el enfoque temporal de las ponencias de los historiadores invitados estará enfocado en aspectos de la Edad Media; sin embargo, se proporcionarán referencias a otros períodos que destellan esencias y otros momentos secretamente fragantes en la historia del perfume. La actividad contará, además, con una performance en video, interpretada por el Ballet Folklórico Nacional de Argentina, enfatizando la interrelación de las diferentes formas artísticas.

MATRÍCULA EN LÍNEA

Art Scents : Exploring the Aesthetics of Smell and the Olfactory Arts by Larry Shiner

Publisher’s presentation :

Although the arts of incense and perfume making are among the oldest of human cultural practices, it is only in the last two decades that the use of odors in the creation of art has begun to attract attention under the rubrics of ‘olfactory art’ or ‘scent art.’ Continuer la lecture de « Art Scents : Exploring the Aesthetics of Smell and the Olfactory Arts by Larry Shiner »

Smell and Stereotype in 18th- and 19th-Century Visual Culture

Association for Art History Annual Conference – Birmingham, 14-17 April 2021

DEADLINE FOR SUBMISSIONS: Monday 19 October 2020

Ersy Contogouris, University of Montreal, ersy.contogouris@umontreal.ca

Érika Wicky, Université Lumière Lyon 2 / LARHRA, erika.wicky@univ-lyon2.fr

In the 18th and 19th centuries, the ‘olfactory revolution’ that reoriented conceptions of smell led to renewed meanings and functions of this sense in social life. The epistemological shift that strongly linked olfaction with the nervous system, the development of hygiene as a science, and the flourishing of the perfume industry contributed to transforming the significance of smell. The act of smelling thus became involved in many identity constructions such as nation, race, gender and class. Olfaction came to be gendered; for instance, as specific smells became associated with women, the act of smelling was seen as pertaining to the feminine by means of objects such as scent bottles that performed women’s supposed extra-sensitivity to smells, and perfume was increasingly used to bolster the association between women and flowers. At the level of nations, the high proportion of Italian and French perfumers in England contributed to the construction of national stereotypes.            

Continuer la lecture de « Smell and Stereotype in 18th- and 19th-Century Visual Culture »

Appel à communication: Goûter, toucher, sentir : les autres sens de la critique d’art (1747-1939)

Cycle de Journées d’étude organisé par

Laurence Brogniez, Université Libre de Bruxelles

Frédérique Desbuissons, université de Reims Champagne-Ardenne/HiCSA

Erika Wicky, université Lyon 2/LARHRA

 

Goûter, toucher, sentir : les autres sens de la critique d’art
(1747-1939)

L’esthétique, cette science des sensations, ne s’occupe pas de celles du toucher et du goût, de l’odorat ; quoiqu’agissant sur nous avec plus de force que les autres, elles sont cependant trop grossières pour avoir aucun rapport avec les beaux-arts […]. Les beaux-arts ne se font que pour l’ouïe et la vue […].[1]

Reprenant un lieu commun du sensualisme du XVIIIe siècle, Francesco Milizia rappelle la supériorité, dans le domaine de l’esthétique et des arts, de la vue et de l’ouïe par rapport aux sens de proximité considérés comme « bas » que sont le goût, l’odorat et le toucher. Cette hiérarchie des sens per se et dans l’appréciation des œuvres d’art a une histoire longue, complexe, voire paradoxale, dont témoigne la fortune de la métaphore lexicalisée du goût pour désigner la sensibilité artistique[2]. Continuer la lecture de « Appel à communication: Goûter, toucher, sentir : les autres sens de la critique d’art (1747-1939) »

Femmes, féminité et parfums au XIXe siècle : Imaginaires olfactifs et construction du genre

Atelier du XIXe siècle –

Société d’études romantiques et dix-neuvièmistes

 

2 octobre 2020 – reporté au 7 mai 2021

 

Journée d’étude organisée par

Mathilde Leïchlé (EPHE)

 Érika Wicky (Lyon 2 / LARHRA)

Coline Zellal (Mucem)

 

Au Mucem, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Marseille)

 

  Comme les fleurs, auxquelles elles ressemblent beaucoup par leurs qualités et leurs gentils défauts, les femmes répandent leur plus doux et plus enivrant parfum aux premiers rayons du soleil, et au souffle des premières brises du crépuscule du soir… 

Augustin Galopin, Le Parfum de la Femme et le sens olfactif dans l’amour,

Étude psycho-pshysiologique, Paris, E. Dentu, 1886, p. 180-181.

 

Dans Le Miasme et la Jonquille, paru en 1982, Alain Corbin montre combien le XIXe siècle français est fasciné par les odeurs qu’il place au cœur de l’imaginaire social de cette période. Or, de l’aveu même de l’historien[1], cet ouvrage lui a été inspiré par la prolifération de références olfactives rencontrées lors des recherches concernant son livre précédent. Dans Les Filles de noce (1979), il s’intéresse aux formes et aux enjeux de la prostitution, cette autre obsession du temps affirmée par l’élaboration du système réglementariste. Si l’odeur apparaît être un facteur de la stigmatisation sociale dont les prostituées font l’objet au XIXe siècle, elle participe également d’autres types de hiérarchisation et de contrôle, tels que la construction des stéréotypes de genre et le classement des femmes non seulement dans l’ordre social, mais aussi sur l’échelle des âges de la vie. Continuer la lecture de « Femmes, féminité et parfums au XIXe siècle : Imaginaires olfactifs et construction du genre »

Suzel Balez – Enjeux éthiques des emprises olfactives et infraolfactives du conditionnement de l’air

Nouvel article de Suzel Balez dans Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (n°6, 2019) – Disponible en ligne 

Résumé : La qualité de l’air intérieur peut participer à l’interprétation de situation quotidiennes et/ou induire un certain nombre de comportements. Le conditionnement de l’air peut donc non seulement permettre des prises sur le réel, mais aussi exercer une emprise sur les usagers du cadre bâti. Cet article examine d’abord plusieurs paradoxes relatifs à l’appréhension de notre environnement chimique. Ensuite seront présentés les enjeux principaux des tentatives de manipulation des comportements à travers les qualités de l’air intérieur : classiquement quand il s’agit d’améliorer la productivité (espaces de travail) ou de générer de l’attraction (marketing sensoriel), mais aussi à des fins récréatives (capitalisme émotionnel) ou encore pédagogiques (amélioration des processus d’apprentissage). Enfin sera discutée la potentialité d’une « éthique de l’emprise » des qualités de l’air intérieur dans la conception et la matérialisation du cadre bâti.

Summary : Indoor air quality can contribute to the interpretation of daily situations and/or induce numbers of behaviours. Air conditioning can therefore not only allow every-day life affordances, but also exert a control over the users of the built environment. This paper examines several paradoxes relating to the apprehension of our chemical environment will first be examined. Then the main issues of attempts to manipulate behaviours through the qualities of indoor air will be presented : classically when it comes to improving productivity (working spaces) or generating attraction (sensory marketing), but also for recreational (emotional capitalism) or educational (improvement of learning processes) purposes. Finally, the potential of an “ethic of influence” of indoor air qualities in the design and materialization of the built environment will be discussed.

Appel à communication / Call for Papers – Le Parfumeur / The Perfumer

***English follows***

Le parfumeur : évolution d’une figure depuis la Renaissance

28 – 29 janvier 2021 – reporté aux 14 et 15 octobre 2021

Centre de recherche du château de Versailles

Colloque international organisé par Alice Camus (Guerlain / CRCV) et Érika Wicky (Université Lumière Lyon 2 / LARHRA).

Fruit d’un savoir-faire qui s’est constitué dès l’Antiquité, la parfumerie détient une histoire riche et complexe dont de nombreux aspects restent à explorer, car son historiographie est récente et encore peu développée (Reinarz, 2014). La voie de la recherche sur ce sujet a été ouverte dans les années 1980 par des études menées tout d’abord sur le corps, ses soins et sa parure, telles celles de Georges Vigarello (1985) sur l’évolution des pratiques d’hygiène ou celles de Philippe Perrot (1984) sur les artifices utilisés pour conformer le corps à une image fantasmée. Ces analyses des pratiques de toilette, des accessoires de la parure et des produits de luxe ont mené à l’étude de l’histoire de la parfumerie. Pionniers dans ce domaine, les travaux d’Annick Le Guérer (1988 et 2005) ont été augmentés et approfondis par les recherches de Catherine Lanoë (2008), d’Eugénie Briot (2015) et de Rosine Lheureux (2016), centrées sur l’Ancien Régime et le XIXesiècle français. Holly Dugan (2011) s’est intéressée à la parfumerie de la période moderne en Angleterre tandis qu’Anna Messinis (2017) a choisi d’envisager dans l’histoire longue la parfumerie vénitienne. Située à la croisée de plusieurs champs d’études, dont l’histoire du corps, des sciences, du luxe et des pratiques de consommation (Roche, 1989), l’histoire de la parfumerie a bénéficié des avancées de la recherche dans de nombreux domaines. Elle s’est nourrie, en particulier, des travaux consacrés à l’histoire des sensibilités olfactives (Corbin, 1982 ; Halliday, 1999) et à l’anthropologie historique des sens (Classen et Howes, 1994) qui ont permis de déterminer les conditions de l’épanouissement de la parfumerie. 

Continuer la lecture de « Appel à communication / Call for Papers – Le Parfumeur / The Perfumer »

Métaphore et olfaction: une approche cognitive de Rémi Digonnet

English follows 

Présentation par Rémi Digonnet

Cet ouvrage aborde une approche cognitive de la métaphore dans le domaine de l’olfaction. Il met ainsi en perspective la métaphore avec l’univers olfactif. La perception mineure de l’odeur en Occident, tant historique que cognitive, se reflète dans un discours olfactif a minima

Continuer la lecture de « Métaphore et olfaction: une approche cognitive de Rémi Digonnet »

Table ronde « Exposer le discours olfactif » animée par Mathilde Castel – Paris, le 25 juin 2019 à 19h

« Exposer le discours olfactif », table ronde organisée à l’occasion du lancement du livre Les dispositifs olfactifs au musée dirigé par Mathilde Castel (Nez Éditions, 2019), avec Sandra Barré (critique d’art chez ArtPress), Christelle Boulé (photographe), Roberto Greco (photographe), Mathilde Laurent (parfumeuse-maison chez Cartier) et Roman Moriceau (artiste plasticien).

Créatis – 15 Rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris

19h – 21h30

Inscription : mathilde.castel@cartier.com