Femmes, féminité et parfums au XIXe siècle : Imaginaires olfactifs et construction du genre

Atelier du XIXe siècle –

Société d’études romantiques et dix-neuvièmistes

 

2 octobre 2020 – reporté au 7 mai 2021

 

Journée d’étude organisée par

Mathilde Leïchlé (EPHE)

 Érika Wicky (Lyon 2 / LARHRA)

Coline Zellal (Mucem)

 

Au Mucem, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Marseille)

 

  Comme les fleurs, auxquelles elles ressemblent beaucoup par leurs qualités et leurs gentils défauts, les femmes répandent leur plus doux et plus enivrant parfum aux premiers rayons du soleil, et au souffle des premières brises du crépuscule du soir… 

Augustin Galopin, Le Parfum de la Femme et le sens olfactif dans l’amour,

Étude psycho-pshysiologique, Paris, E. Dentu, 1886, p. 180-181.

 

Dans Le Miasme et la Jonquille, paru en 1982, Alain Corbin montre combien le XIXe siècle français est fasciné par les odeurs qu’il place au cœur de l’imaginaire social de cette période. Or, de l’aveu même de l’historien[1], cet ouvrage lui a été inspiré par la prolifération de références olfactives rencontrées lors des recherches concernant son livre précédent. Dans Les Filles de noce (1979), il s’intéresse aux formes et aux enjeux de la prostitution, cette autre obsession du temps affirmée par l’élaboration du système réglementariste. Si l’odeur apparaît être un facteur de la stigmatisation sociale dont les prostituées font l’objet au XIXe siècle, elle participe également d’autres types de hiérarchisation et de contrôle, tels que la construction des stéréotypes de genre et le classement des femmes non seulement dans l’ordre social, mais aussi sur l’échelle des âges de la vie. Continuer la lecture de « Femmes, féminité et parfums au XIXe siècle : Imaginaires olfactifs et construction du genre »